Nous sommes le Lun 19 Nov 2018 06:07

Echappée Belle 2018, jamais 2 sans 3!

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2421
Inscription: Dim 28 Sep 2014 16:14

Echappée Belle 2018, jamais 2 sans 3!

Message par Pierre-K » Lun 10 Sep 2018 18:09

L’inscription à un ultra tel que l’Echappée Belle est toujours accompagnée de doutes…
« Va-t-on être à la hauteur ?? »
C’est ça qui en fait tout le charme…Tu te débrouilles comme tu veux, tu gères ta saison comme tu peux…mais le 31 aout à 6h, tu dois être au top !
La saison 2017/2018 aura été un peu plus dure pour moi, avec la naissance de notre Salomé, forcément…un peu moins de sommeil, un peu plus de fatigue accumulée, entre mes 2 boulots…l’organisation des 10 ans du TSB…la gestion du TCP…bref, c’est pas l’idéal, mais j’ai l’habitude !
Tout cela n’aura pas été possible sans la bienveillance de Lucy, qui s’est sacrifiée pour mon objectif de l’année.
J’avais déjà terminé la 1ère édition (2013) et la 5ème (2017), avec une amélioration de plus de 3h de mon chrono ! Et là, tu te demandes : « Pourquoi repartir une 3ème fois sur ce parcours, monstrueusement dur ? »
Ben juste pour le Challenge club ! Pour accompagner les potos du TCP sur cette aventure ! Parce que, je vous le dis, moi, ça en vaut 100 fois la peine ! FAITES LE AU MOINS UNE FOIS DANS VOTRE VIE ! ;)
Mais la saison est longue et les blessures sont fréquentes, et nous voila, seulement 2 sur la ligne de départ : Minas et moi ! Une pensée pour Alex (grosse blessure à la cheville), et Yohann (grosse baisse de forme depuis 6 mois !), les forfaits du club…
Ne vous inquiétez pas les amis ! On y reviendra !
La préparation :
J’arrive sur la course, beaucoup plus entrainé qu’en 2017 (où j’avais eu une saison à trous !), mais du coup, un peu plus fatigué…moins frais…
Je le sens bien, notre Gr20 en 3 jours (pour les Yeux de Vic !!) de début juillet, a laissé des traces…
Je traîne d’ailleurs, depuis ce GR, une périostite à la malléole interne, qui gêne chaque foulée !
C’est donc la grosse interrogation de cet avant course !
On me demande « alors ? t’es comment cette année ? t’es bien prêt ? »
Je préfère répondre : « on verra bien, je vais m’accrocher dans tous les cas ! »
Dernière inquiétude, le sommeil ! Je n’ai pas réussi à bien dormir la dernière semaine, comme on doit le faire avant un effort comme ça…Tant pis ! On verra bien !
Après une dernière nuit (entre-coupée) de sommeil, réveil 4h15 ! Avec Minas, on fait attention pour ne pas réveiller trop tôt salomé…Lucy a absolument voulu nous a accompagné avec elle au départ !
20 min de route et on y est ! Vizille ! le Château !
On dépose nos sacs de « délestage » et retrouvent les 550 traileurs, qui commencent à se placer sur la ligne de départ, dans la pénombre…Il règne un silence quasi religieux…C’est parfait ! on peut se concentrer !
On se place tout devant ; petite vidéo pour immortaliser l’instant !
Petit briefing de Florent Hubert, l’organisateur ! Cette année, il faudra faire attention au BROUILLARD ! ATTENTION ! Rester en groupe dans le brouillard ! ne laissez personne seul !
Décompte du speaker, 3,2,1, c’est parti !
ON part tranquille dans le parc du château, 1km tout plat ! ça sera le seul !
Et c’est parti pour la montée ! On est à l’altitude 200 et on doit monter à la croix de Belledonne (2950 m) en 30 km !
Minas me précède légèrement, je sens qu’il a des fourmis dans les jambes ! Mais il le sait, il doit partir tranquille, en sous-rythme, pour arriver en forme à Pleynet au km 63km ! ne pas commettre l’erreur de Romain de l’année passée, faire « le pop corn » au 50 ème km !!
On retrouve un peu plus loin José, un pote du club de Berre, avec qui on fera un bon bout de chemin.
Pour ma part, mes craintes se confirment : ma périostite est bien là ! Mais pour l’instant, ça reste gérable…
J’avance un peu moins vite que les deux gugus de devant, Minas et José !
Mais on arrive quand même quasiment ensemble au ravito 1, km15, je pointe à la 71ème place ; j’ai à peu près le même rythme qu’en 2017 !
Je n’ai toujours pas croisé de coureurs en « kalenji »…Ouf !! (pour moi, c’est toujours un indicateur sur un Ultra ; en général les 100 premiers coureurs n’en portent pas…au-delà de la 100ème place, on commence à en voir quelques uns… :lol: )
On passe au ravito sans s’arrêter, c’est beaucoup trop tot ! On a encore de l’eau et de quoi manger, donc à quoi bon s’arrêter ?
On a dépassé les 1500 m d’altitude, on est maintenant dans un environnement « montagnard ».
Contrairement à l’année passée, le ciel est bien chargé ! et le brouillard déjà présent !
Il fait frais ! J’enfile ma veste de pluie et mes gants pour ne pas perdre de calories…
José, qui est décidément en grande forme, a finalement rejoint Minas, devant, ils ont les cannes !
Moi j’avance à mon rythme, en gérant, je ne veux surtout pas « exploser » comme l’année passée ! Détestant les grosses chaleurs, la fraicheur de cette année est mon alliée !
Les paysages sont de plus en plus beaux ! On arrive aux lacs ! Lac Achard, Lac Longet, et au 2ème Ravito ! Refuge de la Pra ! km27 ! je pointe 64ème !
Je retrouve Minas et José ! Ils repartent !
Je fais une pause rapide, remplissage d’eau ! 1 verre de coca, 1 de st Yorre !
Un bénévole nous annonce, que le parcourt est entrain d’être modifié en raison du mauvais temps ! « Vous ne passez plus à la Croix de Belledonne ! »
Quel dommage ?!! La vue est tellement belle la haut !
« Ca ne vous enlève que 150 m de d+ ! rassurez vous ! » me lance-t-il !
Je repars avec François, un gars du coin rencontré sur la course !
Un mec très sympa, taillé comme un viking ! qui découvre le monde de l’Ultra ! (il n’a jamais fait plus de 85 km pour l’instant !).
J’ai, à ce moment, retrouvé un peu de jambes !
J’avance bien ! Personne ne me double…je reprends même quelques coureurs !
ON arrive au pied de la montée vers la Croix de Belledonne, c’est bien raide comme j’aime ! A cet endroit je reviens sur José ;
on passe le col de Belledonne et on contourne pour filer sur le col de Freydane.
C’est une des parties les plus « sauvages » de l’Echappée Belle ! Minéral ! Très minéral !
T’as intérêt à avoir de bonnes godasses !
L’année passée, dans toutes ces descentes techniques, j’avais bien envoyé ! Là, je suis un peu moins à l’aise ! …je glisse un peu trop dans mes Peregrine 8 !...je n’aurais pas du mettre cette foutu « noc » !! Quelle connerie !
Et puis c’est vrai que cette année, le sol est un peu « mouillé » et donc plus glissant…
Bon, ce n’est pas grave ! Il faut rester prudent ! C’est pas le moment de se faire une cheville !
On continue avec José, tranquillement !
On arrive au ravito 3, Jean Collet ! km 38 !
Pas question de faire la même bêtise que lors des éditions précédentes ! Faire une pause repas pour exploser dans la montée qui suit !
J’annonce à José, on fait vite et on repart ! On mangera un sandwiche en haut du Col de la Mine de Fer !
Au pointage du ravito, je tombe sur un gamin avec un survet du psg !! Horreur ! Malheur ! Il va me porter la poisse ce con de minot !!
En bon « marseillais de base », je lui envoie :
« oh ?? t’as pas honte ?? le survet du Pé Esse Gééé !! Pour un savoyard ?? ça me déçoit !! » …
le gamin a pas du encore comprendre ce qu’il lui arriver…
ON recharge les camel, j’avale un thé chaud et on repart avec José !
Minas est parti du ravito 5 min avant nous.
L’écart se maintient entre nous ! ON est 53ème !
Pour l’instant tout va bien…
L’ascension se passe plutôt pas mal ; José traine un peu.
500 md+ ; je l’attends au sommet ! je commence à grignoter mon demi-sandwiche pain de mie/ tarama, au goût un peu trop « acide » ?!!
Je suis à la limite de l’écoeurement ! je comprends ! C’est le papier alu qui a du « se fondre » avec le pain !!
Je prends vite un « vogalib » pour me faire passer ce goût…
On continue toujours dans cet environnement typé « haute montagne » ! Brèche de la Roche Fendue, Pas de la Coche ! Et on arrive proche de la descente vers le ravito du Habert d’Aiguebelle ; et là, surprise !! on croise des traileurs qui remontent !!...je suis tellement surpris que j’ai envie de les avertir ! « héé !! mais ou vous allez vous ?? »
Un bénévole m’explique : le parcours est à nouveau modifié ! toujours en raison du mauvais temps et des risques de neiges pour la nuit…
Pas de col de l’Aigleton !...et vraissemblablement pas de col du Morretan !
Sur le coup, je ne comprends pas cette décision ! Pourquoi enlever un col à 2266m pour en laisser un à 2600 m (plus dangereux !) derrière ??
J’avais adoré cet enchainement des 2 cols l’année passée et j’y avais rattrapé un paquet de coureurs !
J’arrive au ravito, assez « remonté »…un bon « pierre énervé » prêt à faire sa tête de lard !!
Minas est là, il nous attendu, pensant que ça ne servait à rien de faire sa course seul à 5 min devant nous !...bonne idée !! :)
J’invective un bénévole du ravito en lui demandant pourquoi cette modif ?? … « je ne sais pas… »
Ce qui est d’autant plus rageant, c’est que la météo est plutôt correcte ! Couverte, mais les nuages sont encore bien hauts ! et surtout, pas d’orage !
Sur le coup, je suis tellement déçu que la course parte sur un parcours bis, que j’ai envie d’arrêter !...et en plus, fausse idée, je suis persuadé qu’on est pas bien au classement…Alors qu’on est 48ème !! Quand on vous dit que le mental fait presque tout sur un Ultra…
Ma baisse de moral dure 40 min ; idées noires…et puis je me dis que je peux pas arrêter ; qu’il faut que j’emmène Chris à l’arrivée ! Pour son 1er Ultra, je luis dois au moins ça ! Et la motivation revient ! :)
On reprend donc la remonté des 250 m de ce qu’on vient de descendre ! Rythme, marche tranquille, avec Minas et José !
On est derrière un traileur à l’allure un peu bizarre…assez fin, la tête dans les épaules, habillé tout en compressif, prêt du corps, les écouteurs sur les oreilles…il me fait penser à un ver de terre sur le coup !
Et le ver de terre se met à « couper » les lacets de la remontée !
1ère coupe, je ne dis rien…
2ème coupe ! carrément 50 m de gagner ! Il n’en fallait pas plus ! Il y a droit !
« Ohh ?!! Ca te dérange pas de couper tous les virages ??!! », bien fort pour qu’il m’entende malgré ses écouteurs !
Le jeune traileur « compressé » baragouine quelques mots : « Oh ! ça va ! me suis déjà perdu pendant 5km ! Alors C’est bon !! »
On se regarde avec Minas ! On éclate ! « déjà, si tu t’es perdu sur ce parcours surbalisé, c’est que tu es vraiment bidon !! » …allez ! C’est pas grave…On verra à l’arrivée ou il est… ;)
ON continue l’ascension, on croise Florentin, un pote, ex du TCP, qui a préféré courir pour…expertrail…dommage…
Il a l’air en forme ! il a le sourire, LUI !
On arrive à la fin de l’aller retour ! on bifurque pour aller chercher le terrible « col de la vache », 2600m ! je préviens Minas de ce qui nous attend ! + 650m dont les 300 derniers mètres qui se font dans un pierrier de méga blocs de granit, ou tu passes ton temps sur la pointe des pieds à pousser encore et encore !
Et, comme d’habitude, je me refais dans une montée raide !...c’est un truc de fou !
En début d’ascension, on est dans le dur, et au fur et à mesure que la pente se redresse, je me sens mieux !
et forcément, on reprend des gars !...et bien sur, on revient sur …le coupeur fou !...juste avant le sommet !
Au sommet, on se retourne pour voir ou est José pour l’attendre !
Il est dans le dur ! on ne le voit même plus !
On lui balance « Allez José » !!
Un bénévole rigole : « Votez José !! » nous balance t-il ! en référence à la série M6 «scène de ménage », que je me farcie tous les soirs !!...enfin, bref ! je me comprends ! 
On fait une petite pause à la chaleur du feu de cagettes improvisé au col, mange une barre, boit un coup, resserre les lacets et s’est parti pour une descente TRES technique de l’autre côté, en direction des sept Laux !
On lâche vite 2 coureurs, tout ne faisant attention à ne pas prendre trop de risques.
La météo se gâte ! le froid tombe vite ! Je me dis que finalement l’organisation a bien fait de prendre cette décision…
On aborde ensuite la partie roulante le long des immenses lacs, Cos et Cottepens. Il faut trottiner sans trop se fatiguer ! Dès que ça remonte, on marche !
Puis arrive un bon passage technique en descente, bien glissante, inévitablement, on reprend des coureurs, dont la 2ème féminine, que François (qui nous a rejoint) connait bien !
On poursuit vers Pleynet , toujours en alternant course et marche !
ON compte les km qui nous séparent de la base de Vie de Pleynet…qui ne porte que trop bien son nom ! Lucy et Salomé m’y attendent ! 1ère fois que je vais les voir aujourd’hui !!
Sur les derniers km, de piste descendante, François nous lâche, à grandes enjambées…c’est peut être l’erreur qui le pénalisera de son abandon au km 98…
ON préfère arriver à Pleynet tranquillement ; Lucy nous surveille de loin ! On arrive à 18h20 ! (contre 20h en 2017 !) le nouveau parcours a rajouté 2km mais enlever 150m de d+ et du cassant !
On prend 5 min au ravito puis j’annonce à Lucy : « on reste pas plus de 40min ! »…
On décide de se mettre à l’intérieur pour manger ; il fait un peu frais dehors, et pas question se prendre froid !
Le personnel du resto, réquisitionné pour la course sont au top ! aux petits oignons avec nous !
Je prends la soupe de vermicelle légumes que m’a préparé Lucy, avec un sandwiche pain de mie tarama (sans le papier alu !!) ; ça passe super bien !
Minas, pendant ce temps, s’enfile 2 assiettes de pates en sauce avec plein de râpé ! Qué fada ?!
L’année passée, j’avais pris ce plat de pâtes, et je l’avais digéré dans la montée suivante !! Pas terrible !
On prend notre temps pour cette pause, bien revigorante !...séance de calins obligée avec Salomé !
Je me change, je passe en mode nuit : un manche longue Ceramiq (que j’aime bien), un corsaire inverse, un buff, ma Led Lenser sur la tête et on peut repartir !
On regarde la montre ; notre arrêt a finalement duré 1 heure !! 20 min de trop !
C’est pas grave Chris ! on va les rattraper !
Effectivement on redémarre avec des coureurs qu’on n’avait plus vus depuis un moment, et qui en ont profité pour nous rejoindre…
Qu’importe !! ne pas regarder le classement ! Juste avancer aux sensations !...facile à dire quand on a l’esprit de compétition… 
On part donc avec « une petite vieille » !...non, je déconne ! C’est la 4ème féminine !...et elle avance bien en plus !
Bon, on la laisse très vite…puis un gars, genre M2 (si ça se trouve il a mon age !!) que j’avais vu en début de journée, fait quelques km avec nous…mais dès les 1ers mètres de la montée, on le lache…
Il fait encore jour, on est sur un bon rythme (genre 600m/h) et on reprend plusieurs coureurs, dont la 3ème féminine, qui semble accuser le coup ! Peut être des personnes qui ont pris une pause trop courte au Pleynet, voulant gagner du temps…
Il fait maintenant nuit, on arrive progressivement au sommet de la côte (+1000 m d’ascension), pour commencer la redescente sur le prochain ravito Gleysin, environ 800 m de descente assez raide !
Les coureurs sont très prudents (ou déjà bien fatigués ?) sur cette portion ! En 2017, je m’étais posé la même question…Peut importe, j’emmène Minas sur un rythme que je pense cool, mais qui nous permet de continuer à reprendre des coureurs.
ON arrive maintenant au ravito, on est au km80, on a retrouvé notre 45ème place (perdue lors de notre arret à Pleynet !) ; on est bien ! On ne compte pas s’arrêter trop longtemps ; on voit que les coureurs sont assez entamés…Certains parlent de faire une petite sieste…Je fais un clin d’œil à Chris !...on va encore grapiller quelques places…
Après 10 min de pause, quelques tranches de pains sportifs avec du thé, on repart ! Il est 22h45 !
On a rattrapé François, et un pote à lui, ils essaient de rester avec nous, mais après 500 m de montée, on ne les voit plus !...j’apprendrai après la course, qu’il a été obligé d’abandonner à la base de vie de Super Collet, au km 98 !...vraiment déçu pour lui !
On est dans le nouveau col, celui qui remplace le terrible col du Moretan ! L’ascension est du coup beaucoup plus roulante, au final 800m de d+ pour arriver au sommet.
La redescente de l’autre côté est elle aussi bien roulante…Beaucoup trop à mon goût !
Je pense que nous aurions été beaucoup mieux sur l’ancien parcours…
ON arrive maintenant au pied de la montée vers Super Collet ; on est seul ! personne devant…personne derrière…juste nous 2, et le GR qui s’engouffre dans la fôret, à 30% !!
L’ascension va durer sur 550m, bien costauds ! ON serre les dents ; on sait qu’à Super Collet, le plus gros de la course sera fait !
Les quelques km pour arriver au ravito semblent interminables…Ma fenix 5 a bugué dans la forêt et j’interroge Chris toutes les 2 min : « Combien de km tu as ? » ; « Combien il reste jusqu’à Super Collet ?? » ; « quelle heure c’est ?? » …je crois qu’il est entrain de péter les plombs…
Super Collet ! Enfin ! on aperçoit le gros projo du ravito ! On y arrive en petites foulées ! Il est 2h07’ et Lucy est déjà là ! je lui demande immédiatement : « Salomé est dans la voiture ? » … »oui ! elle dort ! » Ouf !
Bon, on se pose un peu au ravito ! On est est arrivé 44ème ! on n’a pas trop bougé…
Je commence à avoir faim, je pense que le repas de 19h à Pleynet était insuffisant…
Je prends une soupe de pates, quelques verres de St Yorre ; une moitié de sandwich.
Il fait froid ; la tente est ouverte aux quatre coins ; grosse erreur de l’organisation !
je ne suis pas très bien, moralement et physiquement…
ON voit des coureurs qui repartent avant nous ; je comprends qu’on a perd des places ; Allez Minas ! Il faut y aller ! On dit au revoir à Lucy, on fait une petite pause près du feu dehors, mais ça ne suffit pas pour nous réchauffer ! On repart !
J’enfile un 2ème buff en guise de cagoule et on repart droit dans la pente, +400m sur les pistes de ski de la station…et dans un brouillard à couper au couteau !
On est avec un gars, qui nous devance un peu, mais il hésite beaucoup sur le parcours à tenir ; On récupère au sommet 2 coureurs qui ont l’air complètement paumé, cherchant les rubalises réfléchissantes. Je passe devant pour mener le groupe.
Notre progression est ici assez lente ; pas question de se planter et faire une chute de 50m !!
A la redescente, on quitte les 3 coureurs, qui avancent moins vite que nous.
On arrive dans une zone assez pénible : sentier ? y en pas ! …on progresse, au milieu de la végétation détrempée qui recouvre des pierres mouillées, dans un épais brouillard !!…autant dire qu’on avance pas très vite !
Un peu plus bas, on traverse le torrent, arrive au pointage du Chalet de la Balme, boit un verre d’eau gazeuse avec les bénévoles et on entame l’ascension vers le refuge des Férices ! +450 m bien raides !
Allez ! Une des dernières difficultés de la course ! On s’accroche ! Mais, on est dans le dur !
On ne parle pas ! On continue à progresser ! On récupère un coureur !...on en entend un qui revient…mais on continue sur le même rythme ; et on arrive enfin, au refuge des Férices, sans qu’il nous ait repris !
On se fait pointer ! On est 42ème, mais on ne le sait pas…
on boit un verre de coca ; il fait bien frais ! Allez, on ne s’attarde pas !
On repart dans le sentier technique et glissant qui contourne la vallée ; on arrive un peu plus loin au Col d’Arpingon. J’accuse vraiment un coup de moins bien ; je n’arrive plus à relancer au sommet des côtes ; on éprouve le besoin de faire des minis pause…je pense que la nuit nous a fatigués…
Vivement le jour !
Après le col, on doit redescendre vers le ravito de Val Pelouse, qui est 5 km plus loin ; cette partie que l’on avait avalée l’année passée est beaucoup dure cette année !
On descend avec difficulté, et on est incapable de relancer sur le plat…
Le jour s’est levé depuis un moment, mais très difficilement ! Il est 7h mais on n’y voit encore très mal ! le brouillard est toujours là !
Après quelques kms assez roulants, on arrive enfin à Val Pelouse ! Il est 7h40, on est toujours 42ème !
Mais grosse surprise ! Lucy n’est pas là !
Ca tombe mal ! on s’était fait tout un planning de « remise sur pied » ! Massage de pied avec le Baume du Tigre, + huile essentielle, ravitaillement, …
Je téléphone ! répondeur ! Bon, tant pis ! On devra s’en passer !
On a vu des coureurs nous rattraper au ravito ! 3 coureurs ! Ils repartent avant nous !
ON repart quelques minutes plus tard, dans la pente qi va nous mener sur la crête, +300m ! On a facilement rattrapé les 3 coureurs !...qui ont l’air encore plus fatigués que nous…
On poursuit donc, descente dans le vallon, puis remonter vers le Col du Gargotton, +300m !
Le moral et les jambes sont en partis revenus ! On a presque terminé avec les ascensions !
Au col, on se remet à courir sur le sentier en faux plat descendant, puis montant ; on alterne marche-course, jusqu’au col de la Perche, dernier Col avant la loooooongue descente qui va nous emmener au dernier ravito, Le Pontet !
Ca sent bon la fin !
Mais Chris traîne un peu ! Il a les quadris « fusillés » !! Il peut juste trottiner dans la descente…alors qu’on pourrait aisément allonger la foulée…
C’est pas grave ! ON réduit l’allure, et il s’accroche en serrant les dents !
Seulement un coureur réussit à nous reprendre ! On reprend même un gars, qui est entrain de marcher sur une large piste, en faux plat descendant ! C’est dire de son état de fatigue !
On arrive quelques km plus loin, enfin, sur le ravito du Pontet ! accueillis par Lucy et Salomé !
ET là, alors que l’on pense être dans les 40-45, elle nous dit : « c’est bien ! Vous êtes 29ème ! »
Ayant « galéré » pendant quasiment toute la course, cette position est carrément inespérée !
On est reboosté comme jamais !
On repart du ravito après 10 min de pause ! je me suis changé et enfilé une tenue courte ; mon beau maillot du TCP, bien assez « qualité » pour faire un Ultra ! ;-)
10 min avant nous, 3 coureurs sont repartis du ravito ! je dis à Minas : « tu vois ces 3 coureurs ? …on les reprend ! »
On part donc sur un bon rythme de course/ marche sur les 1ers lacets qui quittent le Pontet !
Puis arrive la dernière grosse difficulté, une piste très raide, qui monte tout droit vers le sommet du Montgilbert ! +460m ! Bine costaud !
On revient vite sur un jeune coureur, qui semble à l’arrêt ! on l’encourage un peu en passant ! Sa copine luis sert de pacer temporairement…mais malgré ça, il a beaucoup de mal !
ON le lâche rapidement…
On se retrouve tout seul, pendant un long moment ; on arrive sur le plateau, court pendant les 2 km de plat et aborde les 6km de descente !
Ca commence assez raide ! Aïe ! Minas souffre ! Mais il s’accroche !
J’essaie de maintenir un bon rythme, mais en le gardant dans mes baskets…
On commence à apercevoir Aiguebelle tout en bas !on continue à descendre ! sur un rythme correct !
A 4 km de l’arrivée, on arrive sur 2 coureurs qui « marchent » à la traversée d’une route ! on se regarde…large sourire ! c’est bon ça ! on va encore gagner 2 places !
On passe à leur niveau, on s’excuse de devoir les doubler si proche de l’arrivée…et on continue…se permettant meme de renvoyer dans des portions de singles techniques !
Mais bientôt, on arrive enfin à l’entrée d’Aiguebelle ! Il nous reste 1,5km de plat, sur bitume !Après 148km de sentiers techniques, c’est horrible de finir comme ça ! Je me retourne, il n’y a personne !
ON peut relâcher, un tout petit peu, car l’envie d’en terminer rapidement est plus forte !
On arrive à la traversée de route, puis on entre dans le parc d’arrivée du Château d’Aiguebelle ! il est 13h55 ! Ce n’est pas la grande foule, mais qu’importe ! On est tellement fier de finir notre course de la sorte ! On est 26ème ! 4ème place M1 ! …Bref, on n’a pas à rougir !
Sur la ligne d’arrivée, Lucy est très étonnée de nous voir si tôt ! (j’avais été très large dans mes prévisions horaires sur la dernière étape…) ; elle réussit quand même à faire une belle vidéo pour immortaliser l’instant !
L’animateur nous tend le micro et nous invite à « secouer » la cloche de l’Echappée Belle !
Voila ! On l’a fait ! On est FINISHER d’une des courses les plus dures de France et d’Europe et en plus de façon très honorable ! (L’honneur est sauf ! ;-) )
Notre course est d’autant plus belle, qu’on a réalisé plus des ¾ du parcours ENSEMBLE ! Choix payant !
Maintenant ! on a toute l’après-midi pour se reposer et profiter de ce moment magique !
Un grand merci à ma supportrice n°1, Lucy, qui nous a accompagnés tout au long de ces 31h55’ !
et un grand merci à tous les potos du TCP(et autres !) pour leurs messages d’encouragement pendant la course !
Allez ! Place à la Récup et RDV l’été prochain pour un autre défi !

ps: le coupeur de sentiers est finalement arrivé 60me à la base de vie de Pleynet et a ...abandonné... :o

#trailclubdeprovence
#passioncourse
#viveletrail
#l’ultracestfacile !! :D

 
Messages: 89
Inscription: Sam 15 Avr 2017 19:06

Re: Echappée Belle 2018, jamais 2 sans 3!

Message par jean M3 » Lun 10 Sep 2018 20:21

Excellent, un beau parcours, assez lucide, avec ses hauts et ses bas. Tous les 2, vous avez eu cette chance de parcourir ces montagnes comme vous l'avez fait en Corse, chacun son pacer, l'un pour l'autre et vice versa.. BRAVO les gars.

 
Messages: 30
Inscription: Lun 23 Juil 2018 15:07

Re: Echappée Belle 2018, jamais 2 sans 3!

Message par Fab » Mar 11 Sep 2018 11:22

Félicitations pour cette belle course et ce magnifique récit que je me suis régalé à lire (on a vraiment l'impression d'y être !). :D

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2421
Inscription: Dim 28 Sep 2014 16:14

Re: Echappée Belle 2018, jamais 2 sans 3!

Message par Pierre-K » Mar 11 Sep 2018 11:25

Merci les gars! :D

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 468
Inscription: Mar 9 Aoû 2016 10:55

Re: Echappée Belle 2018, jamais 2 sans 3!

Message par romain » Mar 11 Sep 2018 13:32

Moi !??? Faire le pop-corn !??? JAMAIS .............. avant le 50è ^^

Chouette réçit ! Heureux de voir que je ne pas le seul à faire les montagnes russes dans ma tête. Comme quoi même avec de la bouteille on peux vitre vriller ! Et que les fausses idées sur les classements peuvent grandement influencer le moral ...
Je me le note pour la prochaine !
Et encore bravo ! Déjà je trouvais que l'année dernière c'était fort, mais alors là !!!
Ironman & Ultra-Traileur... What else !???

 
Messages: 214
Inscription: Mer 19 Nov 2014 07:45

Re: Echappée Belle 2018, jamais 2 sans 3!

Message par tony13 » Mer 12 Sep 2018 12:44

Bravo et un immense respect à vous deux. Être trois finishers d'une course comme l'EB ce n'est pas rien dans la 'carrière' d'un trailer. Bravo aussi d'avoir garder le cap malgré le shunt du parcours qui perdait du coup de son charme. Dommage pour la météo et le brouillard vous avez du pas voir grand chose des magnifiques paysages. A+.

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2421
Inscription: Dim 28 Sep 2014 16:14

Re: Echappée Belle 2018, jamais 2 sans 3!

Message par Pierre-K » Mer 12 Sep 2018 13:10

pas grave...on sera obligé d'y revenir... ;)


Retourner vers Compétitions

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité